Ashutosh Gowariker

Swades (2005)

Photo dernier film Ashutosh Gowariker
Photo dernier film Ashutosh Gowariker

Biographie

Ashutosh Gowariker est né à Mumbai en 1965. Il est révélé en 1984 par Holi de Ketan Mehta, une comédie qui se déroule sur un campus le jour de la sacro-sainte fête du feu. Il y côtoie un autre jeune débutant, Aamir Khan, appelé à jouer un grand rôle dans sa vie : celui-ci sera non seulement la star de Lagaan, mais aussi celui grâce auquel le projet se monte, puisqu'il accepte de le produire après que tous les producteurs possibles aient décliné l'invitation.

Deux ans après, Ashutosh Gowariker est un chauffeur de taxi dans Naam de Mahesh Bhatt avec Sanjay Dutt : un film qui annonce sa prédilection pour les films engagés du "New Indian Cinema". Ainsi en 1987, tandis qu'il joue sous la direction de Amol Palekar dans la série télé Kachchi Dhoop, il campe un indien qui émigre aux Etats-Unis dans West is West de David Rathod.

En 1989, son nom est au générique, d'abord de Saleem Landge Pe Mat Ro de Saeed Mirza Akhatar, l'histoire d'un musulman pauvre qui tente en vain de quitter le monde des voleurs, puis Goonnj de Jalal Agha, qui narre l'affrontement de deux candidats à une éléction sur fond de crime, de drogue... et d'amour.

1989 est aussi l'année de sa rencontre avec son interprète de Swades, Shah Rukh Khan, sur nos écrans en 2005. Juste après avoir partagé l'affiche avec Amitabh Bachchan dans le polar Indrajeet de K.V. Raju, il retrouve l'acteur en 1992 dans la comédie fantastique Chamatkar de Rajiv Mehra, puis en 1993 dans la comédie romantique Khabi Haan Khabi Naa de Kundan Shah.

Pendant toutes ces années, il a beaucoup observé. Il passe derrière la caméra en 1993, et ne fera plus que de brefs retours de l'autre côté, notamment dans la série C.I.D. entre 1999 et 2001.

Son premier film, Pehla Nasha, est un thriller sur une trame proche de celle du Body Double de Brian de Palma : un homme qui observe ses voisins à l'aide d'un téléscope est témoin de l'agression d'une femme, mais alors qu'il tente de la sauver, se retrouve suspecté de meurtre. En 1995 suit un autre thriller, mâtiné de film d'action : Baazi, l'histoire d'un policier qui cehrche à se disculper d'un crime qu'il n'a pas commis, et dans lasquelle le réalisateur fait jouer son compagnon de Holi, Aamir Khan.

Malheureusement, aucun des deux titres ne fait vague au box-office. Bien dirigés, ils persuadent malgré tout leur metteur en scène qu'il est temps de s'attaquer à de meilleurs sujets. L'idée de Lagaan germe alors dans son esprit. Nous sommes en 1996. Le film ne sortira qu'en 2001. Entre ces deux dates ? Un parcours du combattant à la recherche d'un financement. Car sur le papier, le projet qui, dans la veine du grand cinéma social d'hier, n'a rien d'une de ces bluettes qui cartonnent dans les salles, multiplie les handicaps : les fresques historiques en costumes ont depuis longtemps perdu l'affection du public, le budget est élevé (6 millions d'euros, contre 4 pour le reste des productions Bollywood), le sujet est avant tout une diatribe sociale anti-colonialiste et contre le système des classes, le casting nécessite de faire venir de nombreux acteurs britanniques, et six mois de tournage sont annoncés au beau milieu du désert !

"Personne ne croyait à l'histoire, raconte le cinéaste. Certains voulaient baisser le budget. D'autres exigeaient de changer la fin. Un célèbre producteur m'a même déclaré qu'il était prêt à me soutenir si seulement j'ajoutais un meurtre à la fin du match de criket ! Au désespoir, j'ai proposé à Aamir de le produire. Ila accepté". La suite donne raison aux deux amis : Lagaan se hisse au sommet du box-office indien, avant de partir à l'assaut du reste du monde.

Après Mother India en 1957 et Salaam Bombay ! en 1988, il est nominé à l'Oscar du meilleur film étranger, et récolte sept prix aux Oscars indiens de 2002. Juste avant de se lancer dans l'aventure de Swades, il a tourné une série de cinq spots pubs très applaudis pour Coca-Cola.
Lire la suite
Ashutosh Gowariker

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec

Hrithik Roshan

Jalaluddin Muhammad Akbar