Cécile de France

Ôtez-moi d'un doute (2017)

Photo dernier film Cécile de France
Photo dernier film Cécile de France

Biographie

Très tôt, Cécile de France se passionne pour le théâtre, et à l'âge de 17 ans, elle s'installe à Paris dans le but de devenir comédienne. Elle commence par suivre des stages d'art dramatique pendant 2 ans, avant d'intégrer l'école de la rue Blanche. C'est là que l'agent artistique Dominique Besnehard, qui repéra notamment des gens comme Béatrice Dalle et Stanislas Merhar, la découvre.

Elle débute sur le grand écran par le biais de nombreux courts métrages comme Tous nos voeux de bonheur de Jean-Pierre Améris, Le Mariage en papier de Stéphane Duvivier ou encore Bon Apétit ! de Patrice Bauduinet. On la voit également dans des téléfilms comme La Balle au bond de William Crepin, et Nana de Edouard Molinaro.

Passant d'un support artistique à un autre, elle monte sur les planches pour y jouer 2 pièces : Le Baladin du monde occidental de Philippe Delaigue et Electre mis en scène par Claudia Stavisky. En 2000, cette jeune actrice méconnue du grand public décroche le rôle principal féminin de L'art (délicat) de la séduction, 1ère réalisation de l'acteur Richard Berry, où elle est une jeune femme exigeante dans le domaine amoureux, face à un Patrick Timsit tourmenté et anxieux de ne pas la décevoir. Cette comédie, même si elle ne rencontre pas le succès escompté, va néanmoins révéler la jeune actrice au grand public.

Cécile de France fait alors partie des jeunes talents très demandés. On peut la voir dans l'auberge espagnole de Cédric Klapisch, elle est l'élément belge d'un appartement constitué d'étudiant européens suivant le programme d'échange Erasmus à Barcelone. Un rôle qui lui permet de raffler le César 2003 du Meilleur espoir féminin ainsi que le prix Louis Lumière.

Suivent Irène, le 1er film d'un jeune metteur en scène Ivan Calbérac, où elle interprète une trentenaire typique de notre époque en quête de l'âme soeur, et A+ Pollux, adapté du 1er roman de Philippe Jaenada, où elle donne la réplique au comique, Gad Elmaleh.

Elle prête sa voix au 1er film français entièrement réalisé en images de synthèse, Kaina, un exercice qu'elle réédite en 2007 avec les voix de La Belle au bois dormant et Blanche Neige dans le film d'animation Blanche Neige la suite de Picha.

Elle tourne Le tour du monde en 80 jours réalisé par Frank Coraci en Thailande et à Berlin. En 2004, elle est à l'affiche de Haute tension de Alexandre Aja aux côtés de Maiwenn et Philippe Nahon. Elle obtient le 21 mars 2005 le Prix Romy Schneider et en mai 2005, elle est la maîtresse de cérémonie du 58ème Festival de Cannes.

Elle retrouve ensuite Cédric Klapisch pour la suite de l'Auberge espagnole, Les poupées russes, qui lui vaudra un deuxième César , celui de la meilleure actrice dans un second rôle. Les grandes productions aux côtés d'acteurs et actrices reconnus s'enchaînent.

C'est tout d'abord Fauteuils d'orchestre (2005) avec Albert Dupontel, Valérie Lemercier ou encore Laura Morante. Puis elle séduit Gérard Depardieu, chanteur de bal, dans Quand j'étais chanteur, se bat pour sauver son couple mixte avec Roschdy Zem dans Mauvaise foi, avant de devenir l'épouse de Vincent Elbaz et la mère d'un petit garçon dans J'aurais voulu être un danseur.

Elle est aussi à l'affiche du film de Laurent Herbiet Mon colonel puis de J'aurais voulu être un danseur avec Vincent Elbaz, rejoint Patrick Bruel au casting d'Un secret de Claude Miller avant de poursuivre avec le tournage de Don Miguel De Manara de Gérard Corbiau.

En 2008, on la retrouve au casting de la saga Mesrine, aux côtés de vincent Cassel et rejoint le casting d'un autre biopic radicalement différent, en 2009, celui de Soeur Sourire, puis celui du drame Gardiens de l'ordre de Nicolas Boukhrief.
Lire la suite
Cécile de France

A dernièrement tourné avec