Denys Arcand

L'âge des ténèbres (2007)

Photo dernier film Denys Arcand
Photo dernier film Denys Arcand

Biographie

Denys Arcand réalise en 1995 un premier long métrage en anglais, Love and Human remains, adaptation d'une pièce de Brad Fraser, un des jeunes dramaturges les plus subversifs du Canada anglais. Il réalise aussi en 1993, un des sketches pour Montréal vu par…

En 1989, Denys Arcand met en scène le percutant Jésus de Montréal, sélectionné en Compétition au Festival de Cannes, où il remporte le Prix du Jury et le Prix Œcuménique. Ce film se voit aussi décerner douze Génies en plus de sa nomination aux Oscars.

Denys Arcand marque son époque en 1987 avec le long métrage Le déclin de l'Empire américain, premier film québécois qui attire les foules, à la fois dans son pays d'origine et à travers le monde. Le film est sélectionné par la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes où il obtient le Prix de la Fédération Internationale de la Presse Cinématographique (FIPRESCI), ainsi qu'une nomination aux Oscars dans la catégorie du meilleur film étranger. Au Canada, il remporte neuf Genies et le Prix L-E- Molson, décerné par l'Association québécoise des critiques de cinéma. Le déclin de l'empire américain a remporté une multitudes d'autres prix en France, en Italie, aux Etats-Unis et au Canada.

Auparavant, Denys Arcand a réalisé 2 documentaires pour l'ONF : On est au coton (1970), qui traite de la situation des ouvriers dans l'industrie du Textile au Québec, film percutant qui sera censuré pendant six ans, et Quebec, Duplessis et après (1972), qui relate les séquelles politiques du règne de l'ex-premier ministre québécois Maurice Duplessis.

En 1971, il quitte l'ONF et réalise son premier film de fiction, La Maudite Galette, sélectionné à la semaine Internationale de la Critique au Festival de Cannes. C'est ensuite au tour de Rejeanne Padovanni, sélectionné par la quinzaine des réalisateurs en 1973 et au festival du film de New York. Vient ensuite, Gina, le confort et l'indifférence, prix de la critique québécoise en 1981, et Le Crime d'Ovide Plouffe, d'après un roman de Roger Lemelin, immense succès du box office québécois en 1984.

En 2000 il tourne Stardom, miroir reflétant l'obsession pour la célébrité, ainsi que l'exploitation qui va de pair. Premier film canadien à être présenté comme film de clôture au Festival International du Film de Cannes, il a également été sélectionné par le Festival International du Film de Londres, de Toronto et de Vancouver, a remporté le Prix du Meilleur scénario de la "Writer's Guild of America", et a été vendu dans plus de trente pays dans le monde. En 1996, Denys réalise Joyeux Calvaire, un téléfilm sur le monde des sans-abris, mettant en vedette Benoit Brière et Gaston Lepage. Le film a récolté trois prix Gémeaux - Meilleure dramatique, Meilleure réalisation et Meilleur Scénario - décernés par l'Académie Canadienne du Cinéma et de la Télévision.

Tous les films de Denys Arcand révèlent un grand amour de l'histoire, et une passion pour des personnages issus de différentes couches sociales. Sa dernière réalisation, Les invasions barbares, obtient le Prix du scénario et prix d'interprétation féminine pour Marie-Josée Croze au Festival de Cannes en 2003.

En 2004, Denys Arcand est fait Membre de l'Ordre des Arts et des Lettres et Compagnon de l'Ordre du Canada en 2005.
Lire la suite
Denys Arcand

Vidéos


Photos