Ce que le jour doit à la nuit (2012)

Photo dernier film  Fellag
Photo dernier film  Fellag

Biographie

Mohammed Fellag est né en 1950 en Kabylie.

Il dira : "Je suis arrivé à Alger à huit ans et demi. En remontant les cinq cents mètres à vol d'oiseau qui sépare la gare ferroviaire de la Casbah, j'avais l'impression de traverser les sédiments successifs composant la société algérienne d'avant 1962. La gare, le square Bresson, la brasserie de Toutouville... représentaient l'espace "européen". La basse Casbah, lieu du melting-pot, par excellence, était un théâtre populaire haut en couleurs. Des cascades de tissus débordaient des échoppes tenues par des marchands aux sarouals chatoyants. Des prostituées et des souteneurs, des hammams et des lupanars, des légionnaires et des Chinois, des gendarmes et des voleurs, des cireurs de chaussures et des vendeurs d'eau, des marins et des pêcheurs, des bons et des mauvais... Bref, du Molière, du Shakespeare, du Rossini, Tartarin et les Mille et une nuits..." (Fellag)

Très jeune, avant ses 20 ans, il commence à se produire dans des théâtres algériens. A la fin des années 70 il voyage en France et au Canada, mais ne s'engage pas vraiment dans une carrière à plein temps. Djurdjurassique Bled est un succès qui le rend très populaire en France, et avec lequel il remporte le grand prix de la critique théâtrale et musicale en 1997-1998.

C'est un conteur qui dénonce, écorche, mais toujours avec le sourire. Son exploit en 1988 lui a valu la reconnaissance d'un public algérien mais surtout féminin. Il déclare à l'époque, sur une scène algérienne et en présence du Président de la République, que les femmes doivent pardonner les hommes, et que désormais elles peuvent s'habiller comme elles le souhaitent. Et il ajoute : "même pas du tout". Ce qui aurait pu être pris comme une provocation très grave est resté au niveau de la scène. Ainsi, par son charisme et sa façon de dire crûment tout haut ce que les autres pensent tout bas, Fellag a oeuvré et oeuvre encore pour la liberté d'expression de ses contemporains.

Avec l'aide de Jérôme Savary, il met en scène en 2003 L'Opéra d'Casbah à Marseille puis à Paris. Suivent Le Dernier chameau en 2004, L'ère des Ninjas et Djurdjurassic (Les Dinosaures) en 2007 au théâtre du gymnase Marie-Bell, et en 2009 : Tous les Algériens sont des mécaniciens.
Lire la suite
 Fellag

A dernièrement tourné avec