Jason Robards

L'affaire Al Capone (2010)

Photo dernier film Jason Robards
Photo dernier film Jason Robards

Biographie

Né à Chicago, Jason Robards est le fils d'un autre Jason Robards, acteur respecté de la scène new yorkaise et du cinéma muet dans les années 20. La famille déménage à Los Angeles quand Jason est âgé de 6 ans et commence alors à se déchirer : les parents divorcent et le jeune Robards est témoin de la déchéance de son père, victime du passage au cinéma parlant qui voit ses engagements se réduire comme peau de chagrin.

Malgré cette expérience douloureuse (et peut-être pour prendre une revanche sur le destin paternel), Jason entre à la Hollywood High School avec le ferme désir de s'épanouir dans la comédie. Après un glorieux passage par la Navy pendant la guerre du Pacifique, il revient à la scène après avoir découvert avec enthousiasme les textes du dramaturge Eugene O'Neill (auteur auquel il sera associé tout au long de sa carrière).

Au coeur des années 50, les débuts sont ardus, les cachets se font rares, excepté sur les scènes du off-Broadway, où il côtoie le metteur en scène José Quintero qui lui offira bien plus tard l'occasion de jouer bon nombre de pièces d'Eugene O'Neill à partir des années 70 (Le Long voyage vers la nuit en 1988, La Marque du poète en 1977). Ce n'est qu'avec les années 60 que son profil d'homem du commun, robuste et humain, commence à séduire les cinéastes avec ses rôles dans Tendre est la nuit (1962) ou Des clowns par milliers (1965).

Le premier coup d'éclat intervient d'ailleurs en 1968, avec Il était une fois dans l'Ouest, film mythique de Sergio Leone où il apporte sa touche humaniste et burinée à un personnage quasi mutique et abîmé par la vie. Il se tourne alors vers des rôles volontiers plus rudes chez Peckinpah (Un nommé Cable Hogue, Pat Garrett et Billy le Kid) ou Dalton Trumbo (le culte Johnny s'en va-t-en-guerre), ne rechignant pas à figurer dans des productions de prestige (Tora ! Tora ! Tora !).

Au début des années 80, Robards Jr. est nettement moins inspiré et apparaît plus régulièrement à la télévision qu'au cinéma où ses allures de patriarche fatigué ne sont guère plus utilisées que par les amateurs de citations cinéphiles (Jonathan Demme dans Philadelphia, Paul Thomas Anderson dans Magnolia) ou dans des productions plus musclées (Ennemi d'Etat et USS Alabama).

Récompensé deux fois d'affilée pour l'Oscar du meilleur second rôle dans Les Hommes du Président (1977) et Julia (1978), ce monstre sacré du cinéma s'éteint le 26 Décembre 2000 après avoir longtemps lutté contre un cancer du poumon.
Lire la suite
Jason Robards

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec

Lillian Hellman

Scénario original

Alvin Sargent

Scénariste

Fred Zinnemann

Réalisateur

Jane Fonda

Lillian Hellman