Jean-Jacques Annaud

Le Dernier Loup (2015)

Photo dernier film Jean-Jacques Annaud
Photo dernier film Jean-Jacques Annaud

Biographie

Formé en BTS (technicien du cinéma) et à l'Idhec (ex-Fémis) section réalisation, Jean-Jacques Annaud débute sa carrière dans la pub, où il officie pendant une dizaine d'années.

Sa carrière au cinéma part sous de très bons auspices puisque son premier long-métrage, La Victoire en chantant (autre titre : Noirs et blancs en couleurs), décroche l'Oscar du meilleur film étranger. Le deuxième, Coup de tête, avec Patrick Dewaere, est un succès. Et La guerre du feu est un carton devenu classique, fresque historique où son sens pictural est évident. J-J Annaud est l'un de ces réalisateurs français qui sortent de leur tradition "cinéma d'auteur" (en schématisant) pour signer des films de réelle envergure internationale, tout en se gardant de copier les modèles hollywoodiens – même si, budget monstre de ses films et co-productions oblige il tourne souvent en anglais.

Ses trois films suivants cartonnent tout autant : Le nom de la rose, polar en abbaye d'après le roman d'Umberto Eco avec Sean Connery et Christian Slater, L'amant d'après Marguerite Duras, et surtout L'Ours avec Tcheky Karyo, hymne écolo et conte de la vie d'une maîtrise exceptionnelle. Si Annaud a beaucoup de détracteurs et si ses films ne font pas tous l'unanimité, force est de reconnaître qu'il connaît son métier – il est connu pour diriger attentivement toutes les étapes de production de ses films.

Son opus suivant, Les ailes du courage, est la première fiction à utiliser le procédé I-MAX 3D. Il enchaîne sur Sept ans au Tibet avec Brad Pitt et Stalingrad avec Jude Law, Joseph Fiennes et Ed Harris, film de guerre vue par la lorgnette de deux snipers ennemis. Ces deux films sont deux modestes succès.

En 2004, il réitère la démarche de L'ours avec Deux frères. Si le film ne vole pas bien haut au box-office, on ne peut que saluer la maîtrise du découpage qui font de ce film, comme L'ours, l'équivalent des meilleurs Walt Disney "live" : les animaux, en personnages principaux, sont si bien dressés et mis en scène que la présence de l'homme apparaît presque fade en comparaison.

2007, il revient avec Sa majesté Minor, une comédie mythologique avec José Garcia et Vincent Cassel, démolie par la critique.
Lire la suite
Jean-Jacques Annaud