Marcial Di Fonzo Bo

Non ma fille, tu n'iras pas danser (2009)

Photo dernier film Marcial Di Fonzo Bo
Photo dernier film Marcial Di Fonzo Bo

Biographie

Au théâtre, il a joué dans ses propres mises en scène de La estupidez de Rafael Spregelbur, La Torre de la defensa de Copi, Les poulets n’ont pas de chaises, Loretta Strong et Le Frigo de Copi , La Tour de la Défense de Copi et Copi un portrait par le Théâtre des Lucioles. Il a également très souvent été dirigé par Matthias Langhoff : Dernières nouvelles de Mataderos et L’enfant Prolétaire d’Osvaldo Lamborghini, Muñequita ou jurons de mourir avec gloire d’Alejandro Tantanian, Borges de Rodrigo Garcia, L’Inspecteur général de Gogol, Ile du salut, rapport 55 sur la Colonie Pénitentiaire de Kafka, Richard III de Shakespeare.

A trois reprises, il a travaillé avec Claude Régy dans : Quelqu’un va venir de John Fosse, Paroles du sage L’Ecclésiaste et La Terrible voix de satan de Gregory Motton. Il a aussi été mis en scène par Luc Bondy (Viol de Botho Strauss), François Berreur (Prometeo de Rodrigo Garcia), Rodrigo Garcia lui-même (Je crois que vous m’avez mal compris, de R. Garcia), Jean-Baptiste Sastre (Tamerlan le grand de Marlowe), Olivier Py (L’Apocalypse joyeuse d’O. Py), François Wastiaux (Il Parappazzi d’Yves Pagès), Bérangère Bonvoisin (Le Poisson des grands fonds de M. L. Fleisser), Christian Collin (Peau d’ours de Henri Calet). Avec le Théâtre des Lucioles, il a joué dans Sang de Lars Noren (2005), Les ordures la ville et la mort de R.W. Fassbinder, mise en scène de Pierre Maillet, Et ce fut… (titre provisoire) mis en scène par Pierre Maillet et lui-même, Cabaret Lucioles, à propos de Rode Minarsky de Louis Wolfson mise en scène de Alain Neddam.

Enfin, il a déjà collaboré avec Philippe Minyana, pour Le Couloir (écrit et mis en scène par Philippe Minyana). En 2008, il vient de mettre en scène La estupidez (La connerie) au Théâtre National de Chaillot. Précédemment, il a mis en scène La Torre de la defensa de Copi au Theatre Lliure de Barcelona (2007), Les Poulets n’ont pas de chaises, Loretta Strong et Le Frigo de Copi (2006), La Tour de la Défense de Copi (2005), Sang, d’après Noren/Sophocle/Kaplan (2005), L’excès- L’usine de Leslie Kaplan (2002), Eva Peron de Copi à Santiago du Chili (2001), et Copi un portrait par le Théâtre des Lucioles (1998).

Pour l’opéra, il a mis en scène La Grotta di Trofonio de A. Salieri (direction musicale de Christophe Rousset / Opéra de Lausanne, 2005). Il a aussi été le récitant dans Egmont de Beethoven / Goethe / Orchestre de chambre de Lausanne / Direction J.J. Kantorow et dans Le roi David de A. Honegger / Direction musicale John Neschling / Opéra de Sao Paulo.

Au cinéma, on a pu le voir dans Travaux – on sait quand ca commence…, de Brigitte Roüan, Tout va bien, on s’en va, de Claude Mourieras, Peau neuve, d’Emilie Deleuze (pour lequel il reçoit le Prix d’interprétation Michel Simon 1999), Disparus, de Gilles Bourdos, L’Homme que j’aime de Stéphane Giusti, Tango nuestro, de Jorge Zanada ou plus récemment dans Le rôle de sa vie, de François Favrat et Elle est des nôtres, de Silgried Alnois. Il a également tourné dans les courts métrages La mort d’une voiture, de Elise Vigier et Bruno Geslin, Ensemble X de Olivier Seror, Lapin integral de Cecilia Rouaud, Senses de Naruna Kaplan de Macedo, Le Communicateur de Xavier Mussel, Mon meilleur amour de François Favrat.
Lire la suite
Marcial Di Fonzo Bo

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec