Masaki Kobayashi

Kwaidan (1965)

Photo dernier film Masaki Kobayashi
Photo dernier film Masaki Kobayashi

Biographie

Masaki Kobayashi est né en 1916 à Otaru (Hokkaidō) au Japon et s'est éteint le 4 octobre 1996 à Tōkyō. Il étudie l’art et la philosophie à l’université de Waseda (Tokyo), avant d’entrer à la Major Shoshiku où il devient metteur en scène.

Appelé sous les drapeaux en 1942, il fait la guerre en Mandchourie où il est fait prisonnier par les Américains. De retour au Japon et à la Shoshiku, en 1946, Kobayashi réalise quelques mélodrames de commande avant de réaliser son premier film personnel, La Pièce aux murs épais (1953), inspiré des carnets de notes des criminels de guerre nippons.

Sans être lié au Parti communiste japonais comme nombre des cinéastes de son époque, Kobayashi appartient au mouvement progressiste de son pays. Il dénonce ainsi, dans La Rivière noire (1957), la corruption des politiques et la présence des bases américaines dans la péninsule. Ce film engagé révèle le jeune Tastuya Nakadai.

Avec ce dernier acteur dans le rôle de Kaji, jeune soldat idéaliste aux prises avec la cruauté de la guerre, Kobayashi tourne ensuite une grande fresque humaniste : La Condition de l’homme (1960). Il s’agit, jusqu’à ce jour, du plus long film de fiction de l’histoire du cinéma : 9h45 en trois parties.

Pourtant, c’est avec Harakiri que Kobayashi se fait connaître du monde entier. Le film, primé au festival de Cannes en 1963, s’attaque au mythe du samouraï et code d’honneur (bushido) de la caste guerrière. Rébellion (1967) constitue une sorte de suite à ce premier "chambara" (pièce ou opéra comportant des scènes de sabre), suite qui réunit les deux grands acteurs de la décennie : Tatsuya Nakadai et Toshiro Mifune.

Avec Kwaidan, se clôt la période féconde de Kobayashi. Le génie de Kobayashi, en effet, ne survit pas à la crise que connaît le cinéma japonais et au déclin des grandes sociétés de productions japonaises, au début des années 70. Le dernier film important du cinéaste, qui tourne désormais fort peu, reste Les Procès de Tokyo (1983), montage d’archives sur le sort des criminels de guerre nippons.

Ce sera son dernier film avant de mourir en 1996.
Lire la suite
Masaki Kobayashi

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec