Mel Ferrer

Le monde, la chair et le diable (2007)

Photo dernier film Mel Ferrer
Photo dernier film Mel Ferrer

Biographie

Mel Ferrer est né en 1917 à Elberon dans le New Jersey et s'est éteint le 2 juin 2008 à Santa Barbara en Californie.

Il grandit à Elberon dans le New Jersey, Melchior Gaston Ferrer est le fils d’un père chirurgien d’origine cubaine et d’une mère bourgeoise de Manhattan. Après un passage à l’université de Princeton, il devient éditeur d’un petit journal du Vermont, écrit des livres pour enfants et joue au théâtre.

En 1938, il débute à Broadway comme danseur dans deux comédies musicales et finit par travailler à la radio d’abord comme disc-jockey puis comme lecteur avant de réaliser et produire ses propres émissions. Embauché à Hollywood comme dialoguiste pour la Columbia, il réalise son premier film The Girl of the Limberlost en 1945 et devient le premier assistant de John Ford pour Dieu est mort (1947), où il tient un tout petit rôle. Il fait en fait ses véritables débuts comme comédien au cinéma, en 1949 dans Frontières Invisibles d’Alfred L. Werker. Puis tourne Born to Be Bad (1950) aux côtés de Joan Fontaine pour Nicholas Ray et La Corrida de la peur (1951) aux côtés d’Anthony Quinn pour Robert Rossen.

Les rôles marquants s’enchaînent alors dans la carrière de Mel Ferrer : En 1952, il est l’aristocrate hautain et cruel opposé à Stewart Granger - Scaramouche dans le film de cape et d’épée de George Sidney, et la même année, il jalouse les amitiés de Marlene Dietrich dans le western de Fritz Lang L’Ange des maudits. En 1953, il est le Roi Arthur dans Les Chevaliers de la table ronde de Richard Thorpe où il dispute l’amour de Guenièvre (Ava Gardner) à Lancelot (Robert Taylor), et il incarne le marionnettiste paralysé dont s’éprend Lili (Leslie Caron) dans la comédie musicale de Charles Walters. En 1955, il est le Prince Andrei aux côtés d’Audrey Hepburn (Natasha) dans l’adaptation de Guerre et Paix de Tolstoï par King Vidor.

L’année suivante, il est l’un des trois prétendants d’Ingrid Bergman dans Eléna et les hommes (1956) de Jean Renoir. En 1959 il interprète Robert Cohn, l’insaisissable écrivain imaginé par Hemingway, dans Le Soleil se lève aussi adapté à l’écran par Henry King. Enfin il veut s’accorder les faveurs d’Inger Stevens et affronte Harry Belafonte dans Le Monde, la Chair et le Diable de Ranald MacDougall (1959).

Cette même année, Mel Ferrer repasse derrière la caméra et met en scène Audrey Hepburn dans un film d’aventures amazoniennes Vertes Demeures. Leur première collaboration date de 1954 à Broadway où ils se partageaient la vedette en jouant Ondine. Tombés amoureux, ils se marient peu de temps après. Plus tard, peu avant leur divorce, Mel Ferrer devient le producteur d’Audrey Hepburn pour Seule dans la nuit (1967) de Terence Young. Dans les années 60, Mel Ferrer apparaît dans des superproductions internationales ou des séries B italiennes, avec des rôles plus ou moins marquants, à Hollywood ou en Europe.
Lire la suite
Mel Ferrer

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec