Michelangelo Antonioni

Zabriskie Point (2010)

Photo dernier film Michelangelo Antonioni
Photo dernier film Michelangelo Antonioni

Biographie

Né le 29 Septembre 1912 à Ferrara, Emilia-Romagna en Italie, Michelangelo Antonionni est décèdé à Rome le 30 juillet 2007. Il avait 94 ans. Le hasard a voulu que le grand Ingmar Bergman disparaisse le même jour.

Issu d’une famille bourgeoise et fils d’un industriel, Michelangelo Antonioni suit des cours d’économie et de commerce à l’université de Bologne, après ses études secondaires. Puis il s’intéresse au théâtre, aux arts plastiques, au cinéma fréquentant assidûment les salles obscures... Avec quelques étudiants, il crée une troupe pour laquelle il met en scène quatre comédies. Il écrit de 1936 à 1939 des critiques littéraires et cinématographiques dans un journal "Il corriere padano".

De plus en plus attiré par le cinéma, il quitte Ferrare en 1939, et s’installe à Rome où il écrit pour la revue Cinéma. En 1940, il s’inscrit au Centro Sperminentale di Cinematografia, mais n’y reste que trois mois car il est appelé à l’armée. Il se marie la même année avec Letizia Balboni. Après son service militaire en 1941 et 1942, il collabore à quelques scénarios et assiste des metteurs en scène dans leur travail. Il bénéficie ainsi d’un détachement exceptionnel pour être assistant de Marcel Carné qui tourne Les Enfants du paradis dans un Nice occupé par les italiens.

En 1943, il tourne son premier court métrage, Gente del Po, interrompu par la guerre. Il le montera en 1947. Après une série de courts documentaires, il réalise son premier long métrage, chronique d’un amour, en 1950. Dans les années 1950, il connaît un succès d’estime avec Femmes entre elles, et le Cri. Il se sépare de sa femme en 1954, et rencontre Monica Vitti en 1957. Avec cette dernière comme comédienne, il fonde une compagnie qui monte au théâtre Eliseo de Rome la pièce Scandali segreti (écrit par Antonioni et Elio Bertolini), et I am a camera (écrit par John Van Drutten). Antonioni y assure la mise en scène, la seconde en collaboration avec Giancarlo Sbraglia. Il n’y rencontre pas de succès.

C’est L’avventura qui le fait connaître plus largement au public en 1960. Le film est conspué au Festival de Cannes, mais les critiques lui réservent un excellent accueil. Dès lors Antonioni poursuit sa carrière de metteur en scène sans connaître de problèmes majeurs. Il est couronné en 1961 à Berlin pour La Notte, en 1964 à Venise pour Le Désert Rouge, en 1967 à Cannes pour Blow Up, succès international. Ce succès amène Antonioni à étudier plusieurs propositions. Après avoir pensé aller au Japon, il choisit finalement les Etats-Unis, y séjournant longuement pour concevoir, préparer et filmer Zabriskie Point… Il réalise par la suite Professione : Reporter en 1975.

De 1976 à 1979 soit près de 5 ans de projets avortés, notamment Patire O morire, Gelosia, L’aquilone… Antonioni se met à la peinture et expose même en 1983 à Venise. Il réalise cependant Identificazione di una dona en 1981.

Dans les années 1980, il collabore à différents travaux pour la Rai (télévision italienne) et prépare en 1982 La Ciurma (ou Quattro uomini in mare) abandonné l’année suivante. En 1985, il prépare Due Telegrammi mais en décembre il est victime d’un grave accident cardio-vasculaire. Il met quelques années à s’en remettre et doit abandonner son projet.

De 1988 à 1990, grâce à l’Ente autonomo di gestione per il cinema, il relance la co-production américaine Quatro uomini in mare , sous le titre The Crew. Le début du tournage en Floride et à Cinécitta est d’abord prévu pour l’automne 1989 puis repoussé avant que le projet ne soit abandonné par la production pour raisons financières en été 1990. Antonioni est resté en marge des grands courants cinématographiques, il n’a pas pris part au mouvement réaliste italien de l’après guerre par exemple. Il a réussi à conquérir sa liberté de créer et d’exposer sa manière de voir les choses, de comprendre le monde. Le thème de l’incommunicabilité est une constante de l’oeuvre d’Antonioni. Il observe l’univers dans lequel l’être humain vit et qui selon lui l’empêche de communiquer avec ses semblables. Son observation est le fruit d’une acuité psychologique (cinéma introspectif). Ses personnages sont souvent seuls. A travers cette solitude, Antonioni veut nous faire sentir la durée qui prend alors sa mesure.
Lire la suite
Michelangelo Antonioni

Vidéos


Photos