Patrick Dewaere

La meilleure façon de marcher (2008)

Photo dernier film Patrick Dewaere
Photo dernier film Patrick Dewaere

Biographie

Patrick Dewaere, de son patronyme officiel Patrick Bourdeau, est né le 26 janvier 1947 à Saint-Brieuc. Il emprunte le pseudonyme
Patrick Maurin jusqu'en 1967 (il apprendra à l'âge de 17 ans qu'il est en fait l'enfant naturel d'un amant de sa mère, l'artiste lyrique et chef d'orchestre Michel Têtard. Il est le demi-frère des acteurs Dominique Maurin-Colignon, Yves-Marie Maurin, Marie-Véronique Maurin, Jean-François Vlerick - Maurin et Jean-Pierre Maurin (décédé).

Il débute au cinéma dès 1951 dans Monsieur Fabre. Il n'a alors que 4 ans. Il joue ensuite divers petits rôles d'enfants ou d'écoliers dans plusieurs films, comme par exemple, La Madelon, En effeuillant la Marguerite, ou Je reviendrai à kandara...

En 1960, il tourne dans de nombreux films télévisés comme, par exemple Les hauts de Hurlevent de Jean-Paul Carrière. C'est d'ailleurs cette même année qu'il obtient enfin un des premiers rôles dans le feuilleton télévisé Jean de la tour miracle. Toujours en 1967, il devient pensionnaire, puis "sociétaire" en 1968, du Café de la Gare avec Coluche, Romain Bouteille, Sotha et Miou-Miou. Il y joue pendant plus de 10 ans (lorsqu'il ne tourne pas pour le cinéma) dans différentes pièces de théâtre.

Il est engagé pour le cinéma par Jean-Paul Rappeneau, venu un soir sur les conseils de Coluche chercher dans ce nouveau vivier un des futurs acteurs qui devait jouer deux petites scènes dans son prochain film Les Mariés de l'An II (1970). Un peu plus tard, il trouve un petit rôle avec une seule réplique en 1971 dans La Maison sous les arbres (1971). C'est ensuite en 1972 que toute la troupe du Café de la Gare est engagée dans Themroc de Claude Faraldo, mais ce film qui est pourtant quasiment inconnu en France est encore aujourd'hui, un des films-cultes des cinéphiles anglo-saxons.

A la fin 1972, Bertrand Blier cherche de nouveaux acteurs, pour l'adaptation au cinéma de son roman "Les valseuses" (1974). Il choisit d'abord Gérard Depardieu et Miou-Miou, puis, sur les conseils des deux autres, Patrick pour tenir les rôles principaux. Ce film le propulse au rang de "nouvelle star" à part entière.

Néanmoins, après cet énorme succès, Patrick Dewaere reste curieux d'expériences stimulantes. C'est pourquoi il accepte de tourner dans des films à moindre budget, mais emplis de poésie comme Au lon de la rivière fango (1975) de Sotha ou F comme Fairbanks (1976) de Maurice Dugowson dont il fait la musique. Il accepte également de donner une chance au jeune réalisateur Claude Miller en jouant dans La meilleure façon de marcher (1976) ou "La marche triomphale (1977) de Marco Bellocchio où il prouve encore son horreur du conformisme.

Patrick Dewaere excelle dans les rôles de perdants et de marginaux qu'il sait rendre attachants par sa sensibilité. Il interprète des rôles dans lesquels il peut se glisser instinctivement. Parfois, il refuse ouvertement certains scénarios qu'on lui propose, ce qui ne plaît pas beaucoup aux majors du cinéma. Les personnages qu'il interprète sont souvent meurtris mentalement, même si le public le préfère dans des rôles de héros positif. En 1977, il achève de convaincre le public de son talent, avec Le Juge Fayard dit le Sherif (1977) d'Yves Boisset.

Après un certain succès avec la bande-son du film F comme Fairbanks, il envisage de se consacrer entièrement à la musique. Il fait donc un disque (un 45 tours) qui sort en 1978, mais le public n'est pas au rendez-vous. Il revient donc à son premier amour : le cinéma.

Le 16 juillet 1982, alors qu'il répète le rôle de Marcel Cerdan pour le film de Claude Lelouch "Édith et Marcel", Patrick Dewaere choisit brutallement de mettre fin à ses jours. Il avait seulement 35 ans et les raisons réelles de son acte demeurent inconnues.
Lire la suite
Patrick Dewaere

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec