Richard Gere

Indian Palace - Suite royale (2015)

Photo dernier film Richard Gere
Photo dernier film Richard Gere

Biographie

Né le 31 août 1949 à Philadelphie, il passe son enfance dans l'Etat de New York, et se consacre activement à l'étude et à la pratique de la musique (piano, trompette, guitare). Entré à 17 ans à la section philosophie de l'Université du Massachussetts, il tient parallèlement ses premiers rôles au Provincetown Playhouse et au Reporty Theatre de Seattle, dans des spectacles dont il compose également les musiques.

Au début des années 70 il s'installe à New York, et commence par s'illustrer dans des pièces d'avant-garde comme "Killer's head" de Sam Shepard et Richard Farina : "Long time coming and long time gone". Il débute à Broadway dans l'opéra "Rock Soon", puis tient la vedette de la farce britannique "Habeas Corpus".

En 1973, il remporte son premier grand succès à Broadway et Londres dans le rôle vedette de Danny Zuko, le loubard romantique de la comédie musicale "Rock Grease" et s'essaie au répertoire shakespearien avec "Le songe d'une nuit d'été" et "La mègère apprivoisée".

Sur la lancée d'une brève mais explosive prestation dans A la recherche de Mr. Goodbar, Richard Gere confirme rapidement son charisme dans Les moissons du ciel de Terrence Malick, peaufine son image de rebelle dans Les chaînes du sang de Robert Mulligan et Yanks de John Schlesinger, et s'affirme, dans American Gigolo de Paul Schrader, comme l'un des grands sex-symbols de sa génération.

Deux ans après un brillant retour à la scène, sanctionné par un Theater World Award dans "Bent" de Martin Sherman, il triomphe dans Officier et gentleman de Taylor Hackford, et enchaîne les succès dans des films aussi divers qu'A bout de souffle made in USA de Jim McBride, Cotton Club de Francis Coppola, Sans pitié de Richard Pearce, Pretty Woman de Garry Marshall, avec Julia Roberts (champion du box-office 1990), Sang chaud pour meurtre de sang froid de Phil Joanou, Sommersby de Jon Amiel, Affaires privées de Mike Figgis, Intersection de Mark Rydell, Lancelot de Jerry Zucker, Just married (ou presque) de Garry Marshall, où il recrée en compagnie de Julia Roberts le duo mythique de Pretty Woman, Un automne à New York de Joan Chen, avec Winona Ryder, Dr. T et les femmes de Robert Altman, La prophétie des ombres de Mark Pellington et Infidèle d'Adrian Lyne.

Il consacre une large part de son activité à la défense des droits de l'homme et à la préservation de l'héritage culturel et religieux du Tibet. Après avoir fondé en 1987 la Tibet House de New York et présidé celle-ci pendant quatre ans, il a rejoint le conseil d'administration de l'International Campaign for Tibet, basée à Washington, et en a été élu président en 1996.

Il a publié en 1997 un livre de photos retraçant ses 25 années d'expériences bouddhistes : "Pilgrim", préfacé par le Dalaï Lama, et dont les bénéfices ont été reversés à des organisations caritatives tibétaines par l'entremise de sa fondation Gere.

Il a developpé au cours de ces dernières années plusieurs projets personnels et assuré la production exécutive de trois de ses films. Il fut la première star à accepter de participer au téléfilm "Les soldats de l'espoir", consacré aux débuts de l'épidémie de sida aux Etats-Unis. Il fait un tabac fracassant avec la comédie musicale "Chicago", grand gagnant des Oscar 2002.

En 2005, il est à l'affiche de Shall we dance de Peter Chelsom. Et en 2007, il est un biographe imposteur dans Faussaire puis il fait partie du casting de I'm not there, un voyage à travers les âges de la vie de Bob Dylan. Six acteurs incarnent Dylan tel un kaleidoscope de personnages changeants : poète, prophète, hors la loi, imposteur, comédien, martyr et Born again.

Il revient en 2010 dans le drame Hatchi de Lasse Hallström, aux côtés notamment de l'actrice Joan Allen. Le film est tiré de l'histoire vraie de la relation entre un chien et son maître.
Lire la suite
Richard Gere

Filmographie


A dernièrement tourné avec