Robert Hirsch

Une affaire privee (2002)

Photo dernier film Robert Hirsch
Photo dernier film Robert Hirsch

Biographie

Né à l'Isle-Adam, Robert Hirsch commence d'abord par s'intéresser à la danse classique puis s'oriente progressivement vers le théâtre. Il suit les cours de René Simon au Conservatoire, d'où il sort en 1948 avec deux premiers pris en comédie moderne et comédie classique. Il devient alors pensionnaire de la Comédie Française puis sociétaire en 1952.

Durant ses vingt ans de carrière dans l'antre du théâtre français, il jouera un nombre impressionant de textes classiques, du Raskolnikov de Dostoïevski ("Crime et châtiment" en 1963), à Arlequin dans "La double Inconstance" de Marivaux, en passant par Scapin et sa fameuse composition de Tartuffe qu'il reprendra quelques années plus tard à la télévision.

Ces années sont également l'occasion pour lui de multiplier les expériences et d'enchaîner les rôles au cinéma, généralement dans des comédies populaires où ses talents pour le grotesque et la bouffonerie font souvent merveille. Il débute en 1951 dans Le Dindon de Claude Barma et enchaîne deux ans plus tard avec une participation à la fresque intemporelle et ludique de Guitry, Si Versailles m'était conté.

Dans des registres variés, Hirsch tourne avec la génération de cinéastes d'avant-guerre (Delannoy avec lequel il collabore sur Maigret et l'affaire Saint-Fiacre en 1959, Henri Decoin qu'il côtoie sur le tournage des Intrigantes en 1954), s'acoquine avec quelques jeunes turcs de la Nouvelle Vague comme Jacques Rozier (Adieu Philippine en 1962) mais reste la plupart du temps cantonné dans des comédies sans relief (Monnaie de singe) qui ne le satisfont qu'à moitié.

En 1974, il est nommé sociétaire honoraire de la Comédie française. C'est l'occasion pour lui de s'éloigner du théâtre classique et du cinéma pour se plonger dans les comédies de boulevard. Sa passion pour les grans textes ne le quittent pas pour autant et ils montent Guitry avec un même enthousiasme que Pirandello, Feydeau ou Beckett.

La parenthèse cinématographique ne se rouvrira qu'à quelques exceptionnelles reprises, mais avec à la clé de beaux succès comme un César du meilleur acteur dans un second rôle en 1989 pour Hiver 54 ou des prestations chez Blier (Mon Homme en 1995), Beineix (Mortel Transfert en 2001) et dernièrement dans le néo-polar sombre de Guillaume Nicloux, Une affaire privée en 2002.

Au théâtre, on a pu le voir jouer un texte d'Harold Pinter, "Le Gardien" au Théâtre de Paris, à partir de 2006.
Lire la suite
Robert Hirsch

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec