Robinson Savary

Bye bye blackbird (2005)

Photo dernier film Robinson Savary
Photo dernier film Robinson Savary

Biographie

Robinson Savary est né en 1969. Très rapidemment, il choisit le cinéma, conscient que cette discipline sera la sienne pour toujours.

Entre 1988 et 1995, il réalise trois courts-métrages singuliers dans lesquels il stylise avec entrain le jeu des individus dans les moments les plus graves : Un homme solitaire trouve une corde au pied de son lit et se met à la suivre dans une aventure silencieuse à la rencontre des autres. Cela s'appelle A suivre, une fable en noir et blanc à laquelle Michael Lonsdale prête son visage impassible. Une jeune femme sait son père mourant, mais elle court après la lune pour l'accrocher dans sa fenêtre avant qu'il ne s'en aille. Cela s'appelle Falstaff on the moon, un conte où la volonté de mise en scène s'affirme et préfigure maladroitement l'univers à la fois construit et sensible de Bye bye blackbird.

De longues années s'écoulent alors sans toucher une caméra. C'est un véritable chemin de croix que Robinson Savary entame avant d'être en position de réaliser son rêve. Un premier projet, Pas d'extase, tombe à l'eau. Des opportunités se présentent comme celles de signer le dernier épisode de la série Tous les garçons et les filles pour Arte, mais comme par un étrange jeu de cache-cache avec le milieu cinéma, Robinson Savary choisit de s'entêter à tout faire pour mettre sur pied Bye bye blackbird, projet considéré par la profession comme infaisable pour un jeune réalisateur.

Après avoir approché de nombreux producteurs parisiens, Robinson Savary part vivre à New York, tente d'y monter un film d'après A drum is a woman, un livret écrit par Duke Ellington pour Orson Welles, puis revient à Paris où il vit de son travail de photographe. Le portrait lui permet de maintenir un lien épisodique avec les autres, mais le temps se fait long. Qu'a cela ne tienne, Robinson Savary voyage, vit une passion au Bangladesh, tombe malade, et entre temps, il rencontre Jani Thiltgès, producteur luxembourgeois et bientôt ami grâce auquel Bye Bye Blackbird peut enfin, lentement et difficilement se mettre en place.

Tout s'accélère lorsque Robinson Savary croise la route de James Thierrée, qui commence à faire parler de lui dans les milieux du théâtre avec son spectacle "La symphonie du hanneton" et qui s'impose d'emblée comme le maillon manquant de ce projet fou. La complicité entre les deux hommes est immédiate et Robinson Savary, qui sent qu'il n'a pas d'autre choix que de suivre James, décide de filmer la gestation de son nouvel opus La veillée des abysses.

Puis la préparation de Bye bye blackbird se fait. Il s'agit d'un co-production européenne entre le Luxembourg, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Autriche. Il remporte le prix Fipresci de la critique internationale, le prix du public et le prix de la meilleure photographie. Le film sort dans nos salles en 2006.
Lire la suite
Robinson Savary

Vidéos


Photos

A dernièrement tourné avec