William Forsythe

Halloween (2007)

Photo dernier film William Forsythe
Photo dernier film William Forsythe

BIOGRAPHIE

Certains ont d'ailleurs cru reconnaître dans le premier un père spirituel du second, résumé hâtif à défaut d'être tout à fait inexact.

À la tête du Ballett Frankfurt, William Forsythe s'attache depuis le début des années 80 à décomposer le - grand - ballet, ses codes et ses rites. Son écriture flirte avec le virtuose et le virtuel - le chorégraphe n'hésitant pas à utiliser des logiciels pour composer ses pièces de danse - autant qu'avec le théâtre dont les textes répondent aux préoccupations des interprètes.

Né à New York en 1949. Il étudie la danse à l’université de Jacksonville en Floride, puis à l’école du Joffrey Ballet, compagnie qu’il intègre par la suite. En 1973, il est engagé comme danseur au Ballet de Stuttgart en Allemagne, et il commence à chorégraphier pour la compagnie. C’est là qu’il crée sa première oeuvre, Urlicht, un duo sur une musique de Gustav Malher. Au cours des sept années suivantes, il chorégraphie plus de vingt ballets pour le ballet de Stuttgart, ainsi que pour des compagnies prestigieuses, dont le Ballet de Bâle, le Ballet de Munich, le Deutsche Opera Ballett de Berlin, le Joffrey Ballet et le Nederlands Dans theater. L’une de ses premières chorégraphies, Flore Subsimplici, figure au programme de la saison du Ballet de Stuttgart au London Coliseum, en 1978. Le ballet le plus connu de cette période est Side 2 - Love Songs, qui fut par la suite filmé pour la télévision. En 1984, un an après la création du ballet Gänge pour le Ballett Frankfurt, William Forsythe devient directeur de cette compagnie. Avec elle, en rupture avec le ballet conventionnel, il entreprend la création d’oeuvres originales et provocatrices, qui attirent un nouveau public. Il développe depuis une esthétique particulière du ballet, qui ne renie pas la technique du ballet traditionnel, mais qui à la fois en déconstruit/construit les règles, les élargit et les défie. Parmi les oeuvres-phares de ces dernières quinze années, on peut noter Artifact (1984), Impressing the Czar (1988), Limb’s Theorem (1991), The Loss of Small Detail (1991), Alie/na(c)tion (1992), Eidos : Telos (1995), Endless House (1999), Kammer/Kammer (2000) William Forsythe crée pour des compagnies du monde entier des chorégraphies que certaines inscrivent à leur répertoire, comme le New York City Ballet, le San Francisco Ballet, le Ballet National du Canada, le Royal Ballet, Covent Garden, le Ballet Royal de Suède, L’Opéra de Paris/Garnier. Ces oeuvres tendent à privilégier avant tout la danse, alors qu’avec le Ballett Frankfurt, il a tendance à utiliser des mouvements plus complexes et des scénographies de théâtre. Le Ballett Frankfurt se produit à Francfort, à l’Opéra et au Schauspiel, ainsi qu’en tournées internationales. En octobre 1999, la compagnie s’est également installée au Bockenheimer Depot (TAT) à Francfort, un ancien dépôt de tramways converti en lieu de spectacles, où William Forsythe continue son travail spécifique de création. Depuis janvier 1999, il est « Intendant » du Ballett Frankfurt et du TAT.
William Forsythe