Jean-Luc Godard

Jeunesse des sixities (2015)

Photo dernier film Jean-Luc Godard
Photo dernier film Jean-Luc Godard

BIOGRAPHIE

Réalisateur suisse, Jean-Luc Godard fait des études d'Ethnologie à Paris.

A la Sorbonne, il rencontre les "jeunes Turcs" du cinéma français : Truffaut, Rivette, Rohmer, avec qui il rédige des critiques dans la revue des Cahiers du Cinéma. La sortie de son premier long métrage en 1959, A bout de souffle, gros succès public avec Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg, en fait un des réalisateurs phare de la Nouvelle Vague, accompagné par ses compères des Cahiers du Cinéma.

Il s'agissait grosso modo de s'opposer au "cinéma de papa" figé dans son académisme des Claude Autant-Lara (L'Auberge rouge, la Traversée de Paris) et Henri-George Clouzot (Les Diaboliques...), de faire sortir le cinéma de sous les projecteurs des studios. Donc d'utiliser des moyens réduits (cela est rendu possible par l'apparition de caméras légères et de matériel de prise de son portatif), de tourner à la volée, et, autant que possible, de faire exploser les canons de la mise en scène classique. Chez Godard cela se traduit entre autres par l'utilisation de jump cuts (faux-raccords volontaires), de mises en abymes (Scénario de "Sauve qui peut la vie", 1979) et de répétitions...

Après A bout de souffle suivront entre autres Une femme est une femme (1961), Le petit solat, Le Mépris avec Brigitte Bardot et Fritz Lang (1963), Pierrot le fou avec Jean-Paul Belmondo (1965). Il expérimente ensuite la vidéo.

En 1980, il revient à un cinéma plus grand public qui attire des acteurs de renom. Il est sélectionné au festival de Cannes trois fois pour Sauve qui peut la vie (1980), Passion (1982) et Detective (1985) et obtient le Lion d'or au Festival de Venise pour Prénom Carmen. Dans les années 1990, Godard fait un retour à l'expérimentation avec Eloge de l'amour. Dans sa perpétuelle volonté de "peindre les choses qui sont derrière les choses", Jean Luc Godard est un réalisateur hors-normes.

Le cinéaste fait son retour à Cannes en 1993 avec Notre musique, tryptique sur l'Enfer, le Purgatoire et le Paradis présenté en sélection officielle hors-compétition. C'est la huitième venue de Godard à Cannes. Il y revient plus de 15 ans plus tard avec un Film Socialisme toujours plus radical dans son approche des différents matériaux cinématographiques (vidéo, documentaire, etc.).

Exilé à Rolle, en Suisse, où il a établi es propres structures de production, il se replie progressivement sur lui-même, situation renforcé par un début de faillite personnelle au milieu des années 2000 qui le conduit à vendre ses outils de travail en 2010.
Jean-Luc Godard