Sabine Haudepin

Marie-Francine (2017)

Photo dernier film Sabine Haudepin
Photo dernier film Sabine Haudepin

BIOGRAPHIE

Sabine Haudepin naît le 19 octobre 1955 à Montreuil, dans la banlieue parisienne.

Fille d'un couple de professeurs, elle est la soeur cadette de l'acteur-réalisateur Didier Haudepin. Présente sur le plateau de l'adaptation cinématographique du best-seller de marguerite Duras, Moderato Cantabile, tourné en 1960 par Peter Brook et dans lequel son frère joue un petit rôle, Sabine Haudepin est repérée à son tour et choisie par François Truffaut pour être la fille de Jeanne Moreau dans le désormais légendaire Jules et Jim. Le cinéaste enthousiasmé par la prestation de la toute jeune actrice, l'emploi de nouveau deux ans plus tard pour La peau douce, où elle est cette fois la fille d'un père adultérin interprété par Jean Desailly .

Par la suite, elle apparaît dans quelques téléfilms et se produit au théâtre dans une pièce de Berthold Brecht : Les visions de Simone Machard. A quinze ans, elle est la nièce de Jean-Pierre Cassel dans L'Ours et la poupée de Michel Deville, qui a pour vedette Brigitte Bardot. Parallèlement à ses activités, Sabine Haudepin poursuit sa scolarité au Collège Charles Péguy, où en plus de son cursus normal, elle met en scène des classiques comme La cantatrice chauve de Ionesco.

Elle entre ensuite en Hypokhâgne, au Lycée Henri IV, dans le but de préparer l'Ecole des Chartes. Mais trop gagnée par l'envie de jouer, elle abandonne ses études pour remonter sur les planches et interpréter notamment L'école des femmes. Peu après, Sabine Haudepin intègre le Cours Florent et la classe de Francis Huster, en vue de préparer le concours du Conservatoire National d'Art Dramatique. Cette tentative est un échec, et elle revient dans le circuit en 1976, avec Les enfants gâtés, un spectacle de Caroline Huppert.

En 1980, François Truffaut fait de nouveau appel à elle pour Le dernier métro, le film aux 10 Césars qui réunit Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Jean Poiret et Andréa Ferréol. A partir de là, elle alterne régulièrement grand écran et prestation scénique. Au cinéma, elle est une jeune femme déçue par l'amour dans Hôtel des Amériques de André Téchiné et Notre histoire de Bertrand Blier. Elle incarne ensuite une prostituée dans Max mon amour de Nagisa Oshima, une employée de l'Agence Nationale pour l'Emploi dans La comédie du travail de Luc Moullet, une mère de famille devant faire face à un drame dans Force majeure de Pierre Jolivet, et la poupée Barbie des Maris, les femmes et les amants de Pascal Thomas.

A la scène, elle interprète, entre autres , Les trois soeurs d'Amon Tchekhov, et Leocadia de Jean Anouilh. Son parcours atypique est récompensée en 1987 par l'obtention du Molière du Meilleur Second Rôle Féminin pour sa prestation dans Kean aux côtés de Jean-Paul Belmondo, mis en scène de Robert Hossein. Cette distinction représente bien une carrière riche en seconds rôles, qui continue dans les années 90, où on peut la voir notamment, en plus d'une grosse présences sur le petit écran (Le paradis absolument de Patrick Volson, Decollage immédiat de Aline Issermann ou encore Belle Epoque de Gavin Millar), dans Mon père, récit autobiographique de José Giovanni et Meilleur Espoir Féminin de Gérard Jugnot.

En 2002, elle revient devant la caméra de Luc Moullet dans Les naufragés de la D 17.
Sabine Haudepin