Christophe Malavoy

Bienvenue à Monte Carlo (2011)

Photo dernier film Christophe Malavoy
Photo dernier film Christophe Malavoy

BIOGRAPHIE

Né en Allemagne, à Reutlingen où son père était officier, Christophe Malavoy tourne précocément des films sous la caméra super 8 de son père. Peu passionné par ses études, il se tourne très vite vers la comédie où toute sa sensibilité s'exprime. Il suit les cours du Conservatoire de la rue blanche et rencontre Stuart Seide, un metteur en scène américain qui lui confie très vite des responsabilités en jouant Shakespeare.

A la fin des années 70, Michel Deville lui confie un rôle dans le Dossier 51, mais c'est grâce à José Pinheiro et à Family Rock (1982) qui lui permet d'obtenir, peu de temps après le début de sa carrière cinématographique, le César du meilleur espoir masculin. Ces débuts fulgurants et sa silhouette de jeune premier fragile font de lui un acteur réputé, familier d’univers troubles comme ceux des polars de Chabrol (Le Cri du Hibou en 1987, Madame Bovary en 1991) ou les puzzles formalistes de Michel Deville, qu’il retrouvera avec Péril en la demeure (1984).

Un peu moins présent sur grand écran au début des années 90, il travaille plus régulièrement pour la télévision dans des téléfilms de prestige et choisit ses rôles avec parcimonie. Marqué par la mort de son grand-père pendant la Grande Guerre, il retrouve d’ailleurs assez souvent des rôles de poilus, évoquant son passé familial (De Guerre lasse en 1987, Des Feux mal éteints en 1994).

Depuis 1997 et « La Ville dont le prince est un enfant » Malavoy développe une autre facette de son talent. Il est le réalisateur de trois films, dont deux pour la télévision. Par ailleurs, il est également régulièrement sur les planche, interprétant avec bonheur des textes de Guitry, Montherlant ou Shakespeare.

En 2007, Malavoy s’ouvre à nouveau au grand écran : il réalise son premier long-métrage, Zone Libre, prenant pour cadre l’occupation allemande.
Christophe Malavoy