Dirk Bogarde

Providence (2013)

Photo dernier film Dirk Bogarde
Photo dernier film Dirk Bogarde

BIOGRAPHIE

De son vrai nom Derek Jules Gaspard Ulric Niven van den Bogaerde, Dirk Bogarde est né en 1921 à Londres.

Après des débuts dans le dessin, il participe à la Seconde Guerre mondiale dans l'armée britannique, et atteint le rang de Major. Formé au jeu d'acteur sur les planches, il connaît des débuts au cinéma plus ou moins convaincants, dans des petits rôles et des films sans importance, jusqu'en 1950 et son rôle de la petite frappe Tom Riley dans le thriller La lampe bleue, succès numéro 1 au box-office anglais de cette année. Bogarde va se distinguer par le choix de ses films, très osés et singuliers, afin de mener une carrière à l'encontre des diktast des producteurs. Les années 60 seront celles où cet acteur au faciès inclassable (il peut aussi bien jouer les jeunes premiers que les personnages ambigues). Exemple ? Le film Victime (1961), où il jouait le rôle d'un homme marié sous le coup d'un maître chanteur menaçant de révéler son homosexualité au grand jour. En dépit du bon sens, son personnage choisit d'assumer son orientation sexuelle. Bien que peu distribué, le film fit grand bruit et irrita les ligues de vertu d'une société encore peu préparée à ces changements.

The Servant (1962) de Joseph Losey va enfoncer la clou du talent hors pair de cet immense acteur. Grand thriller psychologique, The Servant donne l'occasion à Bogarde de démontrer toute l'audace de ses choix. Par la suite, il est demandé de tous les grands cinéastes internationaux. Il retrouve Losey (La bête s'éveille, Pour l'exemple, Modesty Blaise, Accident), tourne avec George Cukor (Le bal des adieux et Justine), fait en sorte que Providence d'Alain Resnais se monte ou s'immisce dans le cinéma de Fassbinder (Despair). Un de ses rôles marquant demeure celui de Portier de nuit où il joue un ancien bourreau nazi qui retrouve une de ses maitresses déportées. 

Considéré comme l'un des plus grands acteurs du monde, Bogarde trouve deux rôles magnifiques chez Luchino Visconti : Les damnés et, surtout, Mort à Venise dans lequel il joue un vieux compositeur mourant qui s'émerveille devant la beauté d'un jeune garçon. Enfin, en 1990, Daddy nostalgie de Bertrand Tavernier est son dernier film. 

Dirk Bogarde  s'éteint en effet le 8 mai 1999 à Londres. Il laisse derrière lui une flopée de personnages troubles mais terriblement fascinants.
Dirk Bogarde