Gérard Oury

Là-haut (un roi au-dessus des nuages) (2004)

Photo dernier film Gérard Oury
Photo dernier film Gérard Oury

BIOGRAPHIE

De son vrai nom Max-Gérard Tannenbaum, Gérard Oury est né à Paris et fût un des plus éminents représentants de la comédie populaire d'après-guerre, dont il a presque codifié les formes. Il est le père de la scénariste et réalisatrice Danièle Thompson (qui a travaillé avec lui dans les années 70). Lors de ses études il côtoie François Périer et Maurice Siegel, puis très vite il se consacre à la comédie, entre au Conservatoire en 1938 puis intègre la Comédie Française en 1939.

En 1940, l'Occupation le conduit à fuir, d'abord en Zone Libre puis en Suisse afin d'éviter les mesures anti-juives prises par le gouvernement de Vichy. A la fin de la guerre il réintègre la Comédie française, puis enchaîne quelques seconds rôles au cinéma à partir de 1948. (Antoine et antoinette de Jacques Becker). Ce n'est qu'à partir de 1958 qu'il s'essaie au scénario, avec Le Miroir à deux faces d'André Cayatte.

Sa première réalisation date de 1959, La Main chaude est un drame social tout comme ses films suivants, qui ne constituent pas de gros succès au box-office, à l'exception du Crime ne paie pas en 1962. Il connaît vraiment le succès en 1964, avec Le Corniaud, sa première comédie qui pose les jalons de son style : écriture ciselée et gags burlesques.

A partir de ce jour, les records s'envchaînent : La Grande Vadrouille, un des plus gros succès français de tous les temps, en 1966, La Folie des Grandeurs (1971) ou Les Aventures de Rabbi jacob(1973) constituent autant de aates marquantes dans l'Histoire du cinéma français.

Au sommet de sa gloire au début des années 80, il tourne moins s'éparpille et perd un peu de sa superbe avec des comédies moins soignées qu'à ses débuts (La Vengeance du serpent à plumes en 1984, ou La soif de l'or en 1993). Son dernier film date de 1999, un remake du Schpountz avec Smaïn.

Il se retire chez lui, à Saint-Tropez, avec sa femme, l'actrice Michèle Morgan. Il meurt le 20 juillet 2006.
Gérard Oury