Jacques Nolot

Les Chants de Mandrin (2012)

Photo dernier film Jacques Nolot
Photo dernier film Jacques Nolot

BIOGRAPHIE

Né à Marciac dans le Gers, Jacques Nolot monte à Paris à 16 ans et travaille chez Félix Potin. Il s’inscrit à un court d’art dramatique, joue au théâtre, écrit quelques pièces comme ("La matiouette", "Le café des Jules", "La nuit d'Ivan" et "La chatte à deux têtes") qui seront toutes adaptées au cinéma. Surtout : ces années de formation, pour le jeune provincial qu'il est, constitue le terreau de son oeuvre future (fortement autobiographique), dans une période où il fait des rencontres capitales (Techiné, Agnès Godard, etc.)

C'est Techiné qui lui met le pied à l'étrier au cinéma. D'abord en tant qu'acteur dans des seconds rôles pour Le Lieu du crime (1986), Les Innocents (1987), mais surtout en tant que scénariste avec des oeuvres comme J'embrasse pas (1991) où il se raconte sans fard, mettant à jour son homosexualité et ses difficultés.

En 1986, son amie la chef-opératrice Agnès Godard l'incite à passer à la réalisation. Il le fait d'abord sous la forme d'un court-métrage, Manège, puis, quelques années plus tard, en 1998, avec son premier long-métrage, adapté d'une de ses pièces, L'arrière pays. Il sera suivi par deux autres films, toujours proche de son univers autobiographique, centré sur les problématiques de genre et de sexualité : la Chatte à deux têtes (2002) et Avant que j'oublie (2007).

Essentiellement utilisé dans des seconds rôles, Jacques Nolot continue de mener sa carrière d'acteur de soutien, en parallèle à son oeuvre de cinéaste, chez Leconte (Les Grands ducs en 1996), Ozon (Sous le sableen 2000) ou plus récemment les frères Larrieu (Peindre ou faire l'amour en 2005), différentes générations de cinéastes sensibles à son élégante fragilité.

Il revient en 2009 dans Au voleur de Sarah Leonor aux côtés de Guillaume Depardieu et Florence Loiret-Caille.
Jacques Nolot