Prix de beaute (2001)

Photo dernier film Louise Brooks
Photo dernier film Louise Brooks

Biographie

Mary Louise Brooks est née le 14 novembre 1906 à Cherryvale, dans le Kansas, aux Etats-Unis. Elle est décédée le 8 août 1985 à Rochester.

Ses parents lui donnent le goût de la littérature et de la musique (sa mère est une grande pianiste), mais sont absents pour la jeune fille.

Elle débute sa carrière d'artiste alors qu’elle est encore adolescente, en devenant danseuse dans la compagnie de danse moderne de Denishawn, où elle travaille avec Martha Graham, Ruth Saint Denis et Ted Shawn. Après une brouille, elle quitte cette compagnie et obtient un rôle de danseuse dans les Ziegfeld Follies à Broadway. C’est là qu’elle se fait remarquer par les studios américains et signe avec la Paramount.

En 1925, elle joue dans le film muet The Street of Forgotten Men. Puis elle obtient les premiers rôles dans des comédies légères, jouant notamment aux côtés des acteurs Adolphe Menjou et W. C. Fields. Avec le film muet Une fille dans chaque port (1928) de Howard Hawks, elle se fait remarquer dans toute l’Europe. La reconnaissance arrive vraiment avec le film américain Les Mendiants de la vie (1928) de William Wellman, où elle incarne une fille de la campagne en fuite aux côtés de Richard Arlen et Wallace Beery dans la peau de clochards. Elle devient une actrice reconnue, et bientôt une icône de mode pour les femmes du monde entier qui copient son style « garçonne ». On la voit dans le film muet The Canary Murder Case, puis part en Europe tourner sous la direction de G.W. Pabst, le célèbre réalisateur expressionniste allemand, mettant un terme à sa carrière à Hollywood.

En 1929, elle tourne Loulou. Le rôle de cette femme aux prises avec Jack l'éventreur fait d'elle une icône de la vie et de la mort. Le film est connu pur traiter des mœurs sexuelles de façon crue et pour la première apparition à l'écran d'une lesbienne. On retrouve ensuite Louise Brooks dans Le Journal d'une fille perdue (1929) et Prix de beauté (1930), film tourné en France. Les films qu’elle tournent sont très souvent censurés, car considérés comme choquants en raison de leur affichage de la sexualité et d’une critique acerbe de la société.

En 1938, l’actrice au caractère bien se retire du show business, et retourne dans la ville de son enfance, Wichita, mais vit mal son succès qui attise les jalousies des gens du coin. Elle retourne alors vers l'Est et travaille pendant quelques années comme vendeuse dans un magasin Saks sur la Cinquième Avenue à New York, quand elle ne vit pas aux crochets d’amants fortunés. Louise Brooks, qui a toujours aimé l'alcool, sombre bientôt, mais parvient à exorciser ses démons : c'est le début de sa seconde vie.

Les historiens français du cinéma redécouvrent ses films au début des années 50, ce qui a pour effet de lui attirer un nouveau public et de lui donner une seconde chance dans son propre pays. Le conservateur des films de la George Eastman House, James Card, la persuade de le suivre à Rochester et de devenir une scénariste reconnue. Un recueil de ses écrits, intitulé Loulou à Hollywood, paraît d’ailleurs en 1982.

Pendant de nombreuses années, elle décide de vivre seule et s’éteint paisiblement en 1985. Après sa mort, un film biographique, Louise Brooks: Looking For Lulu, est réalisé en 1998.


Lire la suite
Louise Brooks

Vidéos


Photos

Photo du film : Poings de fer, coeur d'or
Photo du film : Poings de fer, coeur d'or

A dernièrement tourné avec