Judith Godrèche

Chez nous c’est trois ! (2013)

Photo dernier film Judith Godrèche
Photo dernier film Judith Godrèche

Biographie

Judith Godrèche fait ses débuts au cinéma dès l'âge de 10 ans aux côtés de Claudia Cardinale dont elle est la fille dans L'été prochain en 1982. Elle quitte l'école à l'âge de 14 ans pour jouer son premier grand rôle dans le film de Benoît Jacquot, Les mendiants en 1986. L'année suivante, elle quitte la maison familiale afin de poursuivre sa carrière théâtrale et cinématographique. On la voit alors dans La fille de quinze ans de Jacques Doillon.

Elle retrouve Benoît Jacquot dans La désenchantée en 1989. Elle y interprète le premier rôle, celui d'une jeune fille papillonnant d'un homme à l'autre. Ce film l'imposera aux yeux de tous. En 1991, dans Paris s'éveille d'Olivier Assayas, elle change de registre et interprète une jeune femme avide de réussite et prête à tout pour parvenir à ses fins. Elle tourne de nouveau sous la direction d'Assayas 2 ans plus tard dans Une nouvelle vie, où elle incarne une demi-soeur perverse.

Sa carrière atteint son apogée par l'entremise des 2 meilleurs films à costumes des années 1990 dans lesquels elle tourne. Le premier, Ridicule de Patrice Leconte, révèle sa sensualité débordante et son regard de braise dans le rôle de Mathilde de Bellegarde, une féministe impétueuse. Ce film se verra d'ailleurs récompensé par de nombreux prix français et internationaux, puisque primé huit fois aux César, Nominé aux Oscar, Golden Globe, Prix de la Critique aux USA et Grand Prix du Festival de Toronto. Le second, Beaumarchais l'insolent de Edouard Molinaro assoit sa popularité et son charme.

Ce sont ces deux rôles qui lancèrent sa carrière internationale puisque, remarquée par Randall Wallace, elle fait ses débuts outre-atlantique dans L'homme au masque de fer, autre film historique, aux côtés de Leonardo di Caprio. Elle a également joué sous la direction de Jean-Pierre Mocky dans Les saisons du plaisir, Jerzy Skolimowski dans Ferdydurke.

Sur le petit écran on l'a vu dans Le rouge et le noir et sur scène dans les adaptations de Je veux faire du cinéma de Neil Simon et de Trois femmes grandes d'Edward Albee. Ces deux pièces furent d'ailleurs nominées aux Molière.

Non contente d'interpréter des rôles, elle prend la plume et publie en 1995 Point de côté, roman racontant l'histoire d'une jeune fille à la recherche de sa personnalité.

En 1998, elle rencontre Dany Boon, sur le tournage de Bimboland de Ariel Zeitoun. De cette rencontre est né un petit garçon, Noé, et elle a mis en scène, réalisé la bande annonce et le tournage du spectacle des deux derniers one-man-show de son compagnon.

Après deux ans d'absence elle a fait son come-back en 2000 dans un film américain Entropy de Phil Joanou aux côtés du chanteur Bono (U2). En 2002 elle est à l'affiche de L'auberge espagnole de Cédric Klapisch, et de la première réalisation de Sophie Marceau Parlez moi d'amour, avec qui elle avait déjà tourné un court-métrage en 1995, L'aube à l'envers. Elle a de plus fait partie du Jury des Courts-métrages et de la Cinéfondation au 55è Festival de Cannes.  En 2005 elle est l'Elise Verone de la comédie de Philippe Harel, Tu vas rire mais je te quitte. Suivront le "film de filles" Tout pour plaire, aux côtés d'Anne Parillaud et Mathilde Seigner, et le Papa de Maurice Barthélemy, où elle incarne la maman d'un enfant... peut-être plus adulte que son père. Elle revient à la comédie romantique en 2007 avec J'veux pas que tu t'en ailles, aux côtés de Richard Berry et Julien Boisselier. On la retrouve en 2008 à l'affiche de Home sweet home aux côtés de Patrick Chesnais et Daniel Prévost.

En 2009, Judith incarne l'une des femmes qui gravite autour d'Emmanuel Mouret dans la comédie Fais moi plaisir, signée par ce dernier, où elle  joue de son physique attrayant.
Lire la suite
Judith Godrèche